Interview Marina Trench X Diggers Factory

Interview Marina Trench X Diggers Factory

October 22, 2020

À quel moment cet intérêt profond pour la musique a-t-il commencé ?

Dans mon souvenir le plus lointain, j’ai toujours eu une sensibilité particulière pour la musique.
Depuis mon enfance, je me suis crée un espace dédicacé à la musique, où je me fais une vraie bulle de bien-être.
Je m’y sens en sécurité, et enivrée avec toute les émotions que ça suscite.
Plus jeune pendant mes études, j’achetais déjà pas mal de disques et je m’amusais beaucoup à les mixer ensembles, avec les potes, dans notre coin au départ. Finalement j’ai fait mes premiers pas de DJ à cette époque - les premiers warm-ups en club, jouer face à un public etc ... - mais ce n’est que plus tard, une fois mon diplôme de design en poche que j’ai décidé de m’investir encore plus et que les choses sont devenues plus sérieuses.

marina-1

On te définit souvent comme la « prêtresse » des dj sets vinyles. D’où te vient cette passion ?

Prêtresse est peut être un peu fort :) J’accorde beaucoup d’importance au vinyle c est vrai. Je pense que c’est un peu comme une identité profonde, que l’on ne veut pas lâcher malgré les « contraintes » du format, le prix que ça coûte et le fait que peu de personnes se soucient si tu joues vinyle ou digital en club. Le poids aussi parfois quand tu voyages, ça peut aussi être une belle galère - Au delà de cet engouement personnel, je trouve que le vinyl est un objet qui parle de lui même à propos de l’histoire/culture universelle de la musique et surtout celle des djs.

Tes derniers EPs « Signature, pt.1 & 2 » ont permis de te relever comme une productrice confirmée, avec notamment des remix de grands noms tels que, Dj Deep, Roman Poncet, Hugo LX ou encore l’immense Kerri Chandler. Comment se déroule le processus de remix de ces morceaux ?

Une fois les EPs terminés, c’est un échange avec le label. Pour les «Signatures pt 1 & 2» Dj Deep a su proposer des remixes qui collaient avec l’esprit de ma musique et aussi à son label. Ces remixes donnent une valeur spéciale à ces 2 EPs car ce sont les premiers disques que j’ai sorti, alors imaginez la joie que ça a pu être!

marina-2

Parle nous de ton dernier EP Waterside

« Waterside » est un EP de 4 titres, sorti en début d’année 2020 sur le label anglais Wolf Music Recording. C’est un EP assez diversifié et complètement DIY. J’ai voulu explorer de nouvelles choses comme par exemple utiliser ma voix sur 2 titres pour créer des samples vocaux. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir pour composer cet EP et Matt et Stu du label ont été super :) J'en garde un super souvenir.

Quels sont tes projets à venir ?

Très prochainement, le remix que j’ai fait d’un artiste que j’adore Juliano, va sortir sur le label berlinois du club Paloma. Les autres remixers aussi sont très pointus donc je suis super contente de ce joli projet. J’ai terminé mon 4ème EP qui va sortir sur un label hollandais que j’adore, il est en mixage très prochainement donc avec un peu de chance - une sortie sera prévue pour l’été en espérant que les pressing plants ne soient pas trop trop en retard.
Je bosse aussi un épisode pilote pour une résidence radio pour l'année à venir. Je suis super contente de pouvoir refaire un peu d’antenne ce que je faisais déjà il y a quelques années

marina-3

Comment vis-tu la période actuelle en tant qu’artiste ?

Comme beaucoup d’artistes et d’acteurs de l’industrie musicale, c’est une période très difficile où il n’est pas évident d’arriver à entrevoir le futur, celui des clubs, et la frustration de ne plus partager la musique dansante comme avant. En tant que DJ, le changement de rythme a été vraiment soudain et aujourd’hui se sentir en phase avec la politique intérieure du pays reste très compliqué… On se sent vraiment abandonné de partout.

Un morceau qui traduit ton humeur du moment ?

Klodio - « Shinagawa Sunrise »

Un coup de gueule ?

La situation actuelle et la gestion générale - Ça part en c...... non ?

Un coup de coeur ?

« The Free Form EP » Le dernier ep de mon pote Hugo LX sur People of Earth. Une super belle sortie!

Credits 1ère photographie : Clément Beny
Credits 2ème photographie : Quentin Simon
Credits 3ème photographie : ©Marie Staggat